Conduire comme un débutant : les erreurs typiques à éviter

Bien qu’ils aient réussi le test, les nouveaux venus dans la circulation routière ne sont pas préparés à toutes les éventualités, ils manquent simplement d’expérience de conduite. Pendant leurs années d’école de conduite, les jeunes ont parcouru environ 800 kilomètres, mais une véritable routine de conduite ne se développe qu’après environ 70 000 kilomètres ou sept ans d’expérience de conduite. D’ici là, les conducteurs, surtout les débutants, commettent des erreurs typiques qui peuvent facilement être évitées.

Il n’y a qu’un seul gaz : le plein gaz !

Cela semble être la devise de nombreux conducteurs novices, le pied de plomb est très répandu dans la tranche d’âge des 18 à 24 ans. Environ 17,8 % de tous les accidents peuvent être attribués à des excès de vitesse. Les raisons en sont multiples : souvent, les conducteurs novices ne sont pas encore capables d’évaluer les effets d’une conduite trop rapide. En outre, ils veulent souvent impressionner leurs copilotes du même âge par leur supposée maîtrise du véhicule. Si une situation imprévue se produit, comme le freinage soudain d’une voiture devant, les conducteurs novices ne peuvent pas garder le contrôle de leur voiture, une collision est imminente. Toutefois, cette erreur est facile à corriger. Un style de conduite adapté à la situation et le respect des limitations de vitesse peuvent ici faire des merveilles. Si une situation inhabituelle se présente, la première réaction devrait être : lâchez le gaz !

Trop proche : Ohé du pare-chocs !

Bien que la distance nécessaire par rapport au véhicule qui précède fasse partie du test de l’auto-école, une collision trop proche est responsable de 14,3 % de tous les accidents. Dans de nombreux cas, la capacité d’évaluer correctement la situation est probablement tout simplement absente. Une distance trop faible par rapport au véhicule qui précède est extrêmement dangereuse, même sur les routes sèches. Même à une vitesse de 30 km/h, la distance d’arrêt (distance de freinage avec temps de réaction) est de 12 mètres. Si la route est sale ou enneigée, la distance d’arrêt est portée à 29 mètres. Bien entendu, vous ne devez pas effectuer de calculs compliqués en conduisant afin de maintenir une distance suffisante. La simple règle empirique “la distance est égale à la moitié du compteur de vitesse” est absolument suffisante pour s’arrêter à temps en cas d’urgence. Les poteaux de délimitation au bord de la route constituent une autre aide, la distance entre deux poteaux est d’environ 50 mètres.

Même dans les situations d’urgence : cédez le passage !

Le respect du droit de passage est l’une des premières règles de circulation que les conducteurs novices apprennent à l’auto-école. Néanmoins, les accidents causés par le non-respect de cette règle représentent encore 10,1 %. Surtout aux intersections peu claires ou dans des situations agitées, les conducteurs novices perdent rapidement la vue d’ensemble et, dans le feu de l’action, prennent la priorité sur les autres usagers de la route. La solution à ce problème est simple : en cas de doute, il vaut mieux attendre et voir et communiquer avec les autres conducteurs par un signal de la main que d’insister sur son propre droit.

Musique et téléphone portable

Les nouveaux conducteurs, en particulier, sont facilement distraits – par de la musique forte, des passagers bavards ou d’autres usagers de la route qui klaxonnent pour attirer l’attention. Le fonctionnement des systèmes de navigation, des téléphones portables et de la radio peut également avoir un effet négatif sur la concentration des conducteurs novices. C’est pourquoi, il est particulièrement important, au début, de se concentrer sur une seule chose : la conduite. C’est la seule façon de pouvoir réagir de manière adéquate à des situations inattendues.

Alcool

En fait, cela va sans dire : toute personne ayant consommé de l’alcool ou d’autres drogues ne doit pas prendre le volant. Et pourtant, il y a toujours des gens, jeunes et vieux, qui le font quand même. 2,9 % de tous les accidents des jeunes conducteurs sont dus à l’influence de l’alcool. C’est particulièrement criminel, car une interdiction absolue d’alcool est en vigueur pour les conducteurs jusqu’à l’âge de 21 ans. Toute personne qui enfreint cette interdiction doit compter avec un tarif standard de 250 euros, un point à Flensburg, l’ordre d’un séminaire avancé et une prolongation de la période probatoire.

Plus de pratique de la conduite grâce à une formation à la sécurité routière

Toutefois, pour être préparé de manière optimale aux situations délicates de la circulation routière, il n’est pas nécessaire de parcourir 70 000 kilomètres au préalable. Même après des années d’expérience de conduite, il y a toujours des situations qui n’ont jamais été maîtrisées auparavant. Comment réagir correctement face à des obstacles qui apparaissent soudainement, à des véhicules qui s’échappent ou à des routes glissantes est une chose que l’on n’apprend pas du tout dans la circulation ou que l’on n’apprend que lorsqu’il est déjà trop tard. Un cours de formation à la sécurité routière offre donc le cadre adéquat pour la formation aux situations dangereuses dans un environnement sûr.

Mais il n’y a pas que les débutants qui profitent d’une formation à la sécurité routière. Les conducteurs expérimentés, les perfectionnistes et les inconditionnels de la voiture peuvent aussi apprendre beaucoup et s’amuser.