Ce qu’il faut savoir sur la location d’un camping-car

C’est la taille qui compte, personne ne devrait louer un camping-car trop petit, cela gâche le plaisir des vacances. Si le temps est mauvais, vous pouvez passer un ou plusieurs jours complètement dans le camping-car. C’est pourquoi vous devez vérifier les différents types de logement avec vos compagnons de voyage avant de louer. Vous devez également réfléchir aux objets plus volumineux que vous souhaitez emporter avec vous. Il peut s’agir de bicyclettes, de planches de surf et de meubles de camping. Vérifiez l’espace de rangement de votre camping-car préféré, il doit être suffisant pour toutes ces choses. Là encore, vous ne devez dépasser ni le poids brut autorisé ni les charges par essieu. Tenez également compte des quantités de remplissage des réservoirs d’eau douce et d’eaux usées. Ceux-ci sont ajoutés au poids. Lorsque vous louez un camping-car, vous devez faire attention à certains points du contrat de location. Il est également important de vérifier le moment où vous prenez le véhicule.

Le prix

Vous devez vous informer à temps sur les prix de location des camping-cars. En haute saison, ces dernières augmentent souvent fortement, mais de nombreux véhicules de camping sont toujours complets en raison de la forte demande. Ceux qui le peuvent, louent un camping-car en début ou en fin de saison. À ces moments-là, vous pouvez trouver des tarifs bon marché et même des offres spéciales, qui incluent la location pour quelques jours. En haute saison, en revanche, de nombreux prestataires exigent une durée de location minimale de sept jours, voire plus, ce qui limite quelque peu la flexibilité.

Connaissez-vous votre itinéraire à l’avance ? Ensuite, calculez exactement le temps qu’il vous faudra pour arriver à votre destination. Même sur les autoroutes, vous ne roulerez pas aussi vite qu’en voiture. Vous devez donc supposer une vitesse moyenne de 80 km/h au lieu de 120 km/h comme en voiture. La distance est également très importante pour la tarification. Si vous parcourez une très longue distance en voiture, il est plus intéressant de profiter d’une offre avec un tarif journalier élevé, mais sans limite de kilométrage supplémentaire. Pour les courtes distances, il est souvent moins cher de payer au kilomètre. Dans ce cas, il vaut la peine de calculer exactement avant de louer une voiture.

La rédaction du contrat de location du camping-car

Veillez à bien lire les petits caractères. Il existe des points tels que “réparation” ou “frais de nettoyage supplémentaires”, qui n’entraîneront des frais supplémentaires que lorsque vous rendrez le véhicule en cas de panne. Le camping-car doit également être enregistré comme “véhicule de location avec chauffeur”, ce qui est en fait la norme. Toutefois, si cela manque, vous n’êtes pas couvert par une assurance en tant que locataire. Précisez par écrit et à l’avance comment traiter les éventuels défauts pendant votre période de location. Cela inclut également les réparations que vous avez pu effectuer vous-même sans consultation. Enfin, il faut clarifier toute question ouverte liée à l’assurance. Si vous avez une assurance tous risques, qui est également une norme commune, vous devez demander le montant de votre franchise. Vous pouvez souvent le choisir vous-même, ce qui influence le coût du loyer.

En outre, il existe une liste de contrôle pour la reprise d’un camping-car :

  • La propreté (en particulier les toilettes et l’espace sanitaire)
  • Réservoir d’eau douce rempli
  • Intérieur sec
  • Vérifier l’étanchéité des conduites d’eau et d’égout
  • Contrôle au sol autour du bloc sanitaire
  • Complétude de l’inventaire selon la liste
  • État de l’équipement
  • Contrôle des fonctions (construction de lits, chauffage, réfrigérateur, cuisinière, pompe à eau, chaudière à eau chaude, système d’égouts, stores, fenêtres, portes, tiroirs, volets, lampes)
  • Contrôle des accessoires (par exemple, porte-vélos, meubles de camping, bouteilles de gaz, ampoules de rechange, fusibles, tuyau d’eau, enrouleur de câble, prise CEE, adaptateur de sécurité…)
  • Panneaux d’avertissement pour la charge en saillie et pour le stationnement (en Allemagne, obligatoire pour les camping-cars de plus de 3,5 t dans les zones urbaines la nuit)
  • Mode d’emploi des accessoires techniques
  • Certificat de réception du gaz
  • Vannes d’arrêt rapide pour le gaz
  • Fusibles
  • Instruments de contrôle
  • Manuel d’utilisation et papiers du wagon
  • Boîte à fusibles et fusibles de rechange
  • Réservoir de carburant, huile moteur, eau de refroidissement, eau du lave-glace
  • Roue de secours, sac à outils, cric
  • Introduction au cockpit

Plutôt impopulaire auprès des conducteurs inexpérimentés : manœuvrer avec un camping-car

Les conducteurs inexpérimentés doivent être très prudents lorsqu’ils manœuvrent un camping-car, surtout lorsqu’ils le garent à l’envers. Ils doivent absolument recevoir de l’aide. Après tout, le plus haut degré de précision est nécessaire, car le scénario n’est pas oublié : Sur les parkings ou dans les allées, vous conduisez généralement en marche arrière. Votre passager est la meilleure personne pour vous instruire. N’oubliez pas, même si le guide fait quelque chose de mal, vous êtes responsable en tant que conducteur. Pour manœuvrer, ouvrez la fenêtre et éteignez l’autoradio. Votre maréchal doit être positionné de manière à ce que vous puissiez toujours le voir. Si ce n’est pas le cas, arrêtez immédiatement ! Dans l’obscurité, le maréchal doit vous guider avec une torche. En général, il est préférable de prendre un peu plus de temps et, si nécessaire, de sortir soi-même et de prendre son temps pour évaluer la situation plutôt que de causer des dégâts qui gâcheront le plaisir de vos vacances.